top of page
Rechercher

Réfléchir c'est commencer à désobéir ?

Le socioconstructivisme, inspiré notamment par les travaux de Vygotski, Piaget et d'autres chercheurs, propose une vision de la connaissance comme étant construite socialement plutôt qu'individuellement. Selon cette perspective, l'interaction sociale joue un rôle crucial dans le processus de construction des connaissances. Les individus développent leur compréhension non seulement à travers leurs propres expériences, mais également grâce à leurs interactions avec leur environnement social.

Vygotski souligne que la connaissance est co-construite dans un contexte social, où les interactions avec les autres membres de la société influent sur la manière dont nous comprenons le monde. Pour Doise et Mugny, la confrontation des points de vue divergents est essentielle dans ce processus. Lorsque les individus sont confrontés à des perspectives différentes au sein d'un groupe, cela crée un déséquilibre cognitif qui les pousse à reconsidérer leurs propres idées et à construire un savoir plus nuancé et approfondi.

Dans ce contexte, l'apprentissage par l'observation joue un rôle clé. En observant les actions, les comportements et les interactions des autres, les individus peuvent enrichir leur propre compréhension du monde. Cette approche est cohérente avec les principes du constructivisme, qui mettent l'accent sur l'activité cognitive de l'apprenant et la construction active de la compréhension à travers l'interaction avec l'environnement.

 

Se construire en observant et en réfléchissant avant d'agir peut être interprété comme une forme de désobéissance à l'ordre établi. Dans de nombreuses sociétés, il est souvent encouragé voire imposé de suivre les normes et les conventions préétablies sans remettre en question leur légitimité ou leur pertinence. Or, le simple fait d'observer son environnement, de réfléchir de manière critique et de remettre en question les pratiques habituelles peut être perçu comme une forme de résistance ou de désobéissance.

Cette démarche de remise en question de l'ordre établi est pour moi une rébellion contre la passivité intellectuelle et la conformité sociale. En observant attentivement le fonctionnement de la société, en analysant les interactions humaines et en réfléchissant aux conséquences de ses propres actions, on peut se rendre compte des injustices, des incohérences ou des dysfonctionnements qui existent dans le système en place. Cette prise de conscience peut alors conduire à remettre en question les normes sociales et à chercher des alternatives plus justes ou plus éthiques.

En ce sens, réfléchir avant d'agir et s'engager dans une démarche d'observation critique peut être perçu comme une forme de désobéissance intellectuelle. Cela implique de ne pas se contenter de suivre passivement les directives ou les valeurs dominantes de la société, mais de développer un esprit critique et de questionner le statu quo. C'est ainsi que de nombreux mouvements sociaux et changements progressistes ont émergé dans l'histoire, souvent portés par des individus ou des groupes qui ont osé défier les conventions établies et imaginer un monde différent.

Réfléchir, observer et apprendre avant d'agir c’est désobéir, mais pas nécessairement au sens traditionnel du terme. C'est plutôt une désobéissance à la paresse intellectuelle et existentielle qui peut caractériser certaines attitudes passives. En engageant ce processus de réflexion, on s'émancipe des schémas de pensée préétablis.

 

La réflexion et la recherche de compréhension sont des premiers pas vers l'autonomie intellectuelle et la prise de décision indépendante. En observant l'histoire, en analysant les actions et les erreurs du passé, on acquiert une perspective critique qui nous permet de forger notre propre vision du monde. Cela implique donc une certaine forme de désobéissance vis-à-vis des idées reçues et des autorités établies.

L'exemple de Pierre dans les Lumières Monarchiques illustre bien cette idée. Son désir ardent de liberté et d'autonomie intellectuelle le pousse à explorer de nouvelles voies, à remettre en question l'ordre établi et à suivre sa propre voie, même si cela implique de désobéir aux normes sociales ou aux attentes de la société. En fin de compte, c'est par l'apprentissage et la réflexion que Pierre parvient à affirmer son individualité et à agir en accord avec ses convictions les plus profondes.

 

22 vues0 commentaire

Comments


bottom of page